Vous êtes ici

LE VIEUX-PORT historique

Poumon économique du village dès le XIXème siècle, le port prend corps à compter de 1822 avec la construction d’un môle au sud, quai Nomy, puis d’une contre-jetée à l’est, quai Albert 1er. Un feu fixe au musoir de l’est perché sur une tourelle métallique rayonne à dix milles marins. En 1842, trois cents navires sont au mouillage dans la baie. Le développement des quais au fil des années intensifie considérablement le trafic. On y fait commerce d’huile et de bois de pins pour la construction et le chauffage des fours. L’exportation de pavés du Dramont, de sable, de la bauxite ainsi que l’importation de liège, de houille et de charbon, favorisent l’essor commercial du port. Le pittoresque du Vieux-Port est apporté par ses pêcheurs et leurs pointus amarrés sur le sable au retour. Toute une atmosphère, de voiles séchant au soleil le long des mâts, d’hommes raccommodant les filets, de femmes partant vendre la manne de poissons et d’enfants courant dans l’eau.

 

vieux port 1vieux port 2 

vieux port 3

 


LES ECHANGES MARCHANDS DU XIXe SIECLE

 

Alors que barques et pointus à voiles latines sont utilisés pour la pêche, bricks et tartanes assurent la navigation côtière. Trois-mâts et longs courriers à vapeur ouvrent dans la seconde moitié du XIXe siècle la voie du trafic international, affirmant la vocation maritime du bourg. Il en résulte un commerce dont les destinations sont l’Amérique, l’Afrique du Nord, l’Italie, la Grèce, les Pays-Bas ou encore la Grande Russie. Ces échanges marchands se poursuivent durant plusieurs décennies, jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Après-guerre, l’activité du Vieux-Port évolue au profit du transport de passagers pour des excursions au fil de l’eau et la navigation de plaisance. Les pêcheurs perpétuent cependant métiers et coutumes, alliant traditions et protection des ressources naturelles.

 cargo vapeur




LA GRANDE PLAISANCE DU XXIe SIECLE

 

L’aménagement du Vieux-Port et de ses quais s’opère à différents époques. Devant les coups de mer destructeurs de ces dernières années, un vaste projet de réaménagement est lancé et les travaux débutent en 2012. Ceux-ci consistent en premier lieu à sécuriser les bateaux et les installations par la construction d’une grande digue (jetée du large) ainsi qu’à accueillir les unités de grande plaisance, jusqu’à quarante-cinq mètres. Les aménagements prévoient un ensemble composé d’un comptoir de la pêche, d’un snack, d’une brasserie avec terrasse, d’un restaurant gastronomique et d’un parking en sous-sol. Le site recevra les structures d’accueil destinées aux services institutionnels, dont la capitainerie du port et la gendarmerie maritime. Les trois quais bordant le bassin seront également  recomposés. 


plaisance